La Saison 2 de Méailles et ses environs

La Saison 2 de Méailles et ses environs

TRANSHUMANCE A MEAILLES

Ils ont traversé le village.

 

 
 
 

Ils ont traversé le village, mille cinq cents « têtes » le premier jour, cinq cents encore le lendemain.

J'ai eu la chance de les photographier (du balcon de la maison) et l'un de ces clichés inaugurera la thématique du blogue des lecteurs de Libération  sur le thème des départs.

 

 

 

 

C'est  le voyage vers les grands pâturages…Celui que racontent les anciens qui me parlent des  carraires - on parle aussi des drailles- terme  employé par les éleveurs du Sud de la France pour nommés les chemins de passage de circulation animale.

« Les carraires sont issues de coutumes remontant au XII et XIVème siècle instaurées par

les Comtes de Provence.

Les seigneurs donnèrent le droit de passage pour permettre le passage des troupeaux

de moutons partant de la basse Provence (Bouches du Rhône, Var) vers la haute

Provence, lors de la transhumance.

Il y avait, semble-t-il des petites carraires qui servaient à faire circuler les troupeaux dans

l'aire de la communauté et les grandes carraires qui servaient à traverser toute le

Provence. » Extrait de la Fiche n° 635106 du Centre Régional de la propriété Forestière, Région PACA

//www.ofme.org/crpf/documents/fiches/635106.pdf

   

Voilà ils sont passés et bien sûr je dévale l'escalier, pour les rejoindre  à la sortie du village. Je les retrouve bien vite,  ils font halte pour la nuit  sur la colline de Saint Jacques    déjà le troupeau se disperse dans les  hautes herbes.

   

Le «  grand nettoyage »  va commencer et  le lendemain, le paysage aura  bien changé, «  le repas »  fût visiblement apprécié !  

 

Ils sont repartis au lever du jour ; les bêtes et leurs bergers ont pris leur quartier d'été là-haut  après avoir traversé les forêts de chênes et de châtaigniers.   Peut être les reverrais-je cet été, du côté du Ruch ou de la cabane de Méailles au pied du Grand Coyer.  

 

Ils sont partis, laissant dans les ruelles du village place libre à d'autres transhumances, bipèdes celles-là… Ce fût un instant présent comment vous en vivrez sans doute aussi cet été si vous délaissez un peu les bords de mer  saturés pour quelques randonnées.  En tout cas, cela valait bien ces quelques clichés   en  couleur, noir et blanc ou sépia   que je prends grand  plaisir ici à partager.

 

PhotosLP Fallot, 23 et 24 juin 2012

Fujifilm X10

 

 

 



18/07/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres